LES VILLES ET TERRITOIRES EN TRANSITION

Publié le par Amap de St Jean d'Illac

La création de l'Amap entre dans cette démarche, mais il est possible de faire plus si on le veut.
 
Nous ne savons pas si ça va marcher, mais nous sommes convaincus que :
Si nous attendons les gouvernements, ça sera trop peu et trop tard. Si nous agissons individuellement, ça sera trop peu
Si nous agissons en tant que communautés locales, ça sera peut-être assez, peut-être juste à temps
 
Le mouvement de Transition est né en Grande-Bretagne en 2006 dans la petite ville de Totnes. L’enseignant en permaculture Rob Hopkins avait créé le modèle de Transition avec ses étudiants dans la ville de Kinsale en Irlande un an auparavant. Il y a aujourd’hui plus de 2000 initiatives de Transition réunies dans le réseau international de la Transition.
 
Il s’agit d’inciter les citoyens d’un territoire (bourg, quartier d’une ville…), à prendre conscience du pic pétrolier et du changement du climat avec ses profondes conséquences et de l’urgence de s’y préparer en mettant en place des solutions qui visent à :
-          réduire ses émissions de CO2 et sa consommation d’énergie d’origine fossile selon le Plan d’action de descente énergétique créé par la collectivité et fondé sur une vision positive de son avenir
-          retrouver un bon degré de résilience par la relocalisation de ce qui peut l’être et par l’intensification des liens entre habitants et acteurs économiques locaux
-          acquérir les qualifications qui deviendront nécessaires
 
Dès lors, chaque groupe local trouvera par lui-même les solutions qui lui conviennent en fonction de ses ressources et de ses enjeux. Le fonctionnement est horizontal et participatif. Il n’y a pas de réponse toute faite. Le modèle de Transition offre un cadre de travail cohérent mais non coercitif.
Une initiative de Transition est une sorte catalyseur, de «toit» commun qui a comme objectifs de :
-          mettre en place des actions concrètes (AMAP, SEL, monnaies locales, jardins partagés, Incroyables comestibles, ressourceries, fêtes, Ecolieu…),
-          soutenir et valoriser les réalisations portées par d’autres (associations, Agenda 21, entreprises...)
-          encourager et favoriser la convergence entre les initiatives citoyennes et les actions des pouvoirs publics sur les territoires
 
Pourquoi agir localement ?
 
-          parce que l’économie devra inévitablement se ré-localiser en grande partie
-          parce que c’est le niveau auquel les citoyens peuvent inventer des solutions bien adaptées à leur réalité et passer à l’action
-          parce que près de nous se trouvent les gens, les ressources et les solidarités pour agir
 
La démarche des initiatives de Transition est résumée dans le Guide de la Transition Cette démarche consiste à aider les citoyens à définir ensemble leur avenir et les solutions qu’ils souhaitent mettre en place La première étape consiste à établir une vision commune qui dédramatise la mutation à venir et fournit la motivation nécessaire pour s’engager dans un profond processus personnel et collectif de changement.

Publié dans actualités

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article